<< Retour


La galerie Berès située Rive Gauche, en face du Musée du Louvre, fut fondée en 1951 par Huguette Berès. Elle est maintenant dirigée par sa fille Anisabelle Berès-Montanari.
Dès l’origine la galerie s’est spécialisée dans deux domaines très différents : l’art japonais et la peinture française des avant-gardes des XIXe et XXe siècles.

Renouant avec une tradition remontant aux frères Goncourt, elle a fait redécouvrir et apprécier l’art de l’estampe japonaise à des générations d’occidentaux, devenus de fidèles amateurs d’art japonais, en organisant plusieurs expositions qui eurent un grand succès en France et à l’étranger, notamment l’exposition Utamaro présentée en 1981 à Paris puis à Londres et dont le catalogue est devenu un ouvrage de référence ...

EN SAVOIR PLUS ...

 

 



Accueil > Artistes Cubiste > BRAQUE Georges
BRAQUE Georges (1882 - 1963)
Après avoir peint quelques tableaux fauves à l’Estaque avec O. Friesz entre 1906 et 1907, Georges Braque reçoit le choc de la peinture de Cézanne fin 1907 lors d’une rétrospective au Salon d’Automne et une exposition chez Bernheim-Jeune. L’influence de Cézanne le conduit à restreindre sa palette et à lier les plans en volumes.
En 1909 il rencontre Picasso et le retrouve à Céret où ils travaillent et exécutent leurs premiers tableaux cubistes. Progressivement ils vont y ajouter l’usage du pochoir et des papiers collés . Leurs oeuvres deviendront de véritables assemblages.
En 1914 à la déclaration de la guerre, Braque est mobilisé. Il rentrera à Sorgues en 1916 ayant été gravement blessé.
Abandonnant peu à peu le cubisme, Braque revient dès 1918 à plus de classicisme. Après avoir étudié le rapport couleur-matière-forme, il s’attaque maintenant à la ligne.
Mariette Lachaud était la gouvernante de Georges Braque et il lui offrit très régulièrement des dessins, dont cette petite nature morte .
Cette aquarelle gouachée vraisemblablement préparatoire à un tableau, date de la période d’épanouissement du cubisme synthétique chez Braque, à l’instant précis où son style va se transformer en fonction du mouvement du retour à l’ordre.
En fait on y retrouve un grand nombre d’éléments du vocabulaire cubiste traditionnel : l’emploi de bouteilles et de lettres, les plans superposés, le format ovale que Braque fut dès 1910 le premier à utiliser un format dépourvu d’angles, anti perspective classique qui favorisera la non-focalisation.



BRAQUE Georges
Gobelet et assiette de pommes

 

 

25, quai Voltaire - 75007 PARIS - France - Tel : +33 (0)1 42 61 27 91 - Fax : +33 (0)1 49 27 95 88
Ouvert du lundi au samedi de 10h à 19 h